Je verse assez de larmes pour remplir un océan (French)

Le site IsraelInfo a republie un texte bouleverdant qui donne la parole a Penina Eisenmann qui a perdu sa fille et sa mere tuees par un Palestinien terroriste:

Avec sa tête enveloppée dans des bandages, Penina Eisenmann s'est sorti de son lit d'hôpital hier pour aller aux doubles obsèques dans Ofra de sa fille Gal de cinq ans et de sa mère, Noa Alon, 60 ans.

"L'explosion nous a attrapés au milieu de la rue," dit Penina Eisenmann. "Ce qui me revient c'est que ma mère a attrapé le souffle principale la détonation de plein fouet, elle a été capable de me protéger. Ma fille était si petite qu'il l'a détruite. On m'a dit que le terroriste est allé délibérément du côté des mères et des enfants, cherchant à en tuer le plus possible."

"Il y avait les deux choses les plus précieuses pour moi, ma mère et ma fille," a dit Penina Eisenmann. "Je verse assez de larmes pour remplir un océan."

En parlant de sa fille, Penina Eisenmann a dit que la fillette avait récemment célébré son cinquième anniversaire. "C'était une fille délicieuse, belle avec des cheveux blonds. Elle était très intelligente; tellement, que parfois je ne pouvais pas comprendre qu'elle voulait, parce qu'elle donnait tant d'explications. Sa jardinière d'enfants m'a dit qu'elle participait tellement. Je pense qu'ils [la classe du jardin d'enfants] seront très tristes.

L'article entier est copie ci-dessous.





"Je verse assez de larmes pour remplir un océan"
Par Tovah Lazaroff et Margot Dudkevitch (Jerusalem Post)
20 juin 2002
http://membres.lycos.fr/
israelinfo/larmes.html

Avec sa tête enveloppée dans des bandages, Penina Eisenmann s'est sorti de son lit d'hôpital hier pour aller aux doubles obsèques dans Ofra de sa fille Gal de cinq ans et de sa mère, Noa Alon, 60 ans.

"C'est la dernière chose que je peux faire pour eux," a dit Penina à des journalistes hier à l'Hôpital universitaire d'Hadassah de Jérusalem à Ein Kerem.

La dernière chose qu'elle se rappelle avant l'attaque terroriste qui a assassiné sept personnes à Jérusalem mercredi, elle tient la main de sa fille. Elles traversent la rue au carrefour de la Colline française. Devant elles avance Noa, qui pousse le landau de son petit-fils de 18 mois, Sagi .

"L'explosion nous a attrapés au milieu de la rue," dit Penina Eisenmann. "Ce qui me revient c'est que ma mère a attrapé le souffle principale la détonation de plein fouet, elle a été capable de me protéger. Ma fille était si petite qu'il l'a détruite. On m'a dit que le terroriste est allé délibérément du côté des mères et des enfants, cherchant à en tuer le plus possible."

Penina Eisenmann dit qu'elle se rappelle vaguement le ballet des ambulances. En se réveillant à l'hôpital, elle a demandé des nouvelles de ses enfants et de sa mère. Ils lui ont dit que seulement son fils était blessé, mais allait bien.

"Donc j'ai compris," a dit Penina Eisenmann. Quand son mari, Yitzhak, l'a trouvée plus tard dans la soirée, il a confirmé la double perte. Il avait retrouvé son fils plus tôt dans un autre hôpital.

"Il y avait les deux choses les plus précieuses pour moi, ma mère et ma fille," a dit Penina Eisenmann. "Je verse assez de larmes pour remplir un océan."

En parlant de sa fille, Penina Eisenmann a dit que la fillette avait récemment célébré son cinquième anniversaire. "C'était une fille délicieuse, belle avec des cheveux blonds. Elle était très intelligente; tellement, que parfois je ne pouvais pas comprendre qu'elle voulait, parce qu'elle donnait tant d'explications. Sa jardinière d'enfants m'a dit qu'elle participait tellement. Je pense qu'ils [la classe du jardin d'enfants] seront très tristes.

"Nous étions bien ensemble," dit Penina Eisenmann, expliquant qu'elles passaient beaucoup de temps à discuter. L'après-midi elles jouaient ensembles; elles aimaient remplir un bassin pour Gal dans le jardin.

"Je ne sais pas comment j'aurai la force pour continuer," dit Penina Eisenmann. Mais à la pensée de son mari,de son fils et de la famille, elle sait qu'elle le doit.

Plusieurs mois avant l'explosion, son mari, un immigrant de la Colombie, s'est demandé s'ils ne devaient pas penser au départ. "Il avait peur, il est naturel d'avoir peur. Je lui ai dit que pour moi quitter Israël ressembleraient à me tuer, parce que je suis si fortement rattacher à ce pays. Si quelqu'un a le cancer, vous ne pouvez pas le quitter aux plus mauvais moments," dit Penina Eisenmann.

Malgré son traumatisme crânien, les coupures et les contusions sur son visage et ses bras, Eisenmann a dit qu'elle s'est forcée pour parler avec les journalistes. À la télévision elle voit toujours l'histoire des blessés et des tués des attentats terroristes, donc elle sait qu'il est important de parler.

"Je fais cet effort car peut-être quelqu'un nous entendra et comprendra que nous souffrons ici. Je veux livrer ce message pour que ce soit le dernier sacrifice," a dit Eisenmann.

"Nous voulons vivre dans la paix, nous voulons être comme des gens normaux," a dit son frère Ariel Alon.

Jusqu'à l'attaque, c'était un jour normal dans la maison près de Haifa, dit Ariel. Il venait de retourner prendre ses enfants à la piscine quand sa femme lui a dit que quelque chose est arrivée à Jérusalem. Sa soeur, Penina et sa mère n'étaient pas dans sa pensée. Il craingnait pour son autre soeur, Yifat, qui faisait souvent des promenades à ce carrefour.

Il a appelé la maison de ses parents à Ofra pour vérifier. Son frère plus jeune, Ron, 22 ans, lui a dit que ce n'était pas Yifat, mais Noa et Penina qui pourrait être dans l'ennui. Il pensait qu'elles étaient près de la scène de l'attaque. Ron a dit qu'il avait essayé leurs téléphones cellulaires et qu'elles ne répondaient pas.

En entendant cela, Ariel a dit qu'il avait commencé à appeler les hôpitaux et avait terminé par l'Institut Légal L. Greenberg à Abu Kabir à la recherche de sa mère.

"Je ne suis pas quelqu'un d'inquiet par nature. Je pensais toujours que ma mère était si forte, que les balles ne pouvaient pas l'atteindre. J'était sûr qu'elle pourrait tout combattre, que rien ne lui arriverait. J'ai l'impression d'être dans un mauvais rêve, que cela n'est pas la réalité. J'en parle comme si j'étais détaché de cela," dit Ariel. "C'était deux heures avant les obsèques et nous ne croyons toujours pas ce qui est arrivé."

Après des années de travail comme jardinière d'enfants, sa mère venait d'obtenir un travail comme surveillante régionale des jardin d'enfants . "J'étais heureux qu'elle commençe une nouvelle vie à 60 ans," dit Ariel. Leur dernière conversation a tourné autour d'une voiture qu'elle voulait acheter pour se déplacer parmi les écoles dans son secteur.

Mercredi, peu de temps avant l'explosion, sa mère avait organisé un concert à Ofra appelé "la Joie dans la routine des urgences." Penina Eisenmann était venu avec ses enfants pour l'aider. Une bande vidéo montre Penina Eisenmann chantant pour les enfants. On peut voir Noa applaudissant et s'amusant. Plus tard, la bande vidéo, qui montre les vêtements en usage ce jour là, sera employée pour aider à identifier sa mère et sa nièce, Gal.

Un résident de la Communauté, Na'ama Kaplan a dit de Noa, "Elle était une si merveilleuse personne. Son expression était si riche. Elle était une des premières jardinières d'enfants dans la communauté, le type de personne que chacun rêve d'avoir comme institutrice."

Kaplan a dit que Mercredi, "elle a fait tant de discours et n'a pas arrêté de remercier tous ceux qui l'avaient soutenue, comme si elle savait qu'elle ne les reverrait pas de nouveau. Tout le monde l'a aimé."

Après le programme, Noa, Penina, Gal et Sagi, ont pris un fourgon blindé pour la Colline française. Elles traversaient la rue pour attraper un autobus pour rentrer à la maison Eisenmann dans Ma'aleh Adumim. "C'était un instant ordinaire, une grand-mère voulant aller à la maison avec ses petits-enfants,"dit Ariel.

Maintenant, Ariel dit qu'il doit expliquer à ses trois petits enfants ce qu'ils ont perdu et leur grand-mère aimée et leur cousine. Nous leur demanderons de faire des dessins, de faire quelque chose de positif.

Hier après-midi, des milliers ont suivi les doubles obsèques. Enveloppé, un grand corps et un petit étaient disposés sur des civières. Elles ont été enterrées côte à côte à Ofra, où Noa avait vécu avec son mari, Hanoch.

"Noa a donné tant à cette communauté que maintenant après sa mort un centre de musique sera probablement consacré à son nom. Noa disait toujours que les enfants doivent apprendre la musique," a dit Kaplan. "C'en est assez, de cette situation. Ofra a connu tant de chagrin et douleur dans les deux années passées, nous avons déjà érigé un certain nombre de mémorials pour ceux qui ont été assassinés par des terroristes et maintenant nous sommes de nouveau cofrontés avec d'autres pertes."

Les victimes de mercredi

Les noms de six des sept victimes de l'attentat de mercredi soir dans le quartier de Colline français de Jérusalem ont été publiés hier :

Gila Sarah Kessler, 19 ans, d'Eli

Noa Alon, 60 ans, d'Ofra

Gat Eisenmann, cinq ans, de Ma'aleh Adumim (la petite-fille de Noa Alon)

Hadassah Jungreis, 20 ans, de Migdal Ha'emek

Shmuel Yerushalmi, 17 ans, de Shilo

Michal Franklin, 22 ans, du Quartier Juif dans la Vieille Ville de Jérusalem

Vingt personnes ont blessé dans l'attaque de Colline française étaient toujours hospitalisé hier, trois d'entre eux dans la condition sérieuse.

11 autres blessés dans l'attaque de mardi en face de Beit de la ville Safafa sont restés hospitalisés hier, y compris trois dans une condition sérieuse.

Posted by David Melle
 Link to this page |   Email this entry |   digg this

Comments
Post a comment




Remember Me?


Enter the code shown:   
This helps us prevent automated spam comments

Comments are open and unmoderated, although obscene or abusive remarks may be deleted. Opinions expressed do not necessarily reflect the views of FactsOfIsrael.com. See the Terms of Use for more details.

Email this entry
Email this entry to
(Please enter email address):


Your email address:


Message (optional):


Referrers to this Page

FAIR USE NOTICE

This site contains some copyrighted materials the use of which has not always been specifically authorized by the copyright owner. We are making such material available in our efforts to advance understanding of environmental, political, human rights, economic, democracy, scientific, and social justice issues, etc. We believe this constitutes a 'fair use' of any such copyrighted material as provided for in section 107 of the US Copyright Law. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, the material on this site is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes. For more information go to: http://www.law.cornell.edu/uscode/17/107.shtml. If you wish to use copyrighted material from this site for purposes of your own that go beyond 'fair use', you must obtain permission from the copyright owner.